Conférence du samedi 7 mai 2022 

Moulins / Musée Anne-de-Beaujeu

Hélène Saint-André : “La défense passive en Bourbonnais”

Dans l’état actuel des recherches, l’Allier a connu 16 attaques aériennes durant la Seconde Guerre mondiale faisant 151 morts et des milliers d’autres victimes, blessées ou sans abris. Loin des bilans dramatiques de certaines villes françaises, c’est la première fois que la guerre aérienne fait des victimes dans le centre de la France.Or dès les années 1930, l’évolution des techniques de guerre et la situation internationale inquiètent les autorités de tous les pays et la nécessité de prévoir la protection des civils en cas d’attaque aérienne se fait sentir. C’est la naissance de la défense passive. L’Allier va donc, comme le reste de la France, être soumise à plusieurs règles de protection (prévision d’abris, essais des sirènes, mise en place de services de secours, extinction des lumières la nuit pour éviter un bombardement nocturne, etc.). La conférence va ainsi revenir sur l’évolution et l’organisation de la défense passive dans le département jusqu’à l’armistice de 1940 –  en prenant notamment l’exemple de la ville de Moulins –  puis sous l’Occupation avec les difficultés que cela implique. Enfin, l’exemple de Montluçon, deux fois bombardée, va permettre d’étudier plus en détail la défense passive à l’épreuve des bombes.